Titre de placement

Les titres de placement

 

I.                les obligations

la place financière de Paris est une place obligataire. 75% des transactions sont des obligations.

 

Une obligation est une créance sur l’entreprise émettrice

 

Une fois la créance remboursée, la créance disparaît.

L’intérêt des obligations dans le financement de l’entreprise est qu’il n’y a pas de dissolution du capital.

Þ pas de partage de propriété

 

il y a 3 moyens de financement :

-          ­ capital ® liquidité gratuite

-          emprunt obligataire ® créance

-          emprunt bancaire

 

Rapport cours / taux d’intérêt

i ­ Þ ¯ cours

i ¯ Þ ­ cours

 

exemple :

grande entreprise : 1000 à 5% / 10 ans

                                    demande à AMF d’introduction de son emprunt en bourse

 

valeur nominale de chaque obligation est de 10.

Années

valeur nominale /cours

taux

dividendes

1

10

0,05

0,5

2

7,14

0,07

0,5

3

 

 

0,5

4

 

 

0,5

5

16,67

3%

0,5

6

 

 

0,5

7

 

 

0,5

8

5,88

8,50%

0,5

9

13,51

3,70%

0,5

10

10,00

0,05

0,5

 

La duration : technique utilisée par les sociétés financières appelées zinzins (= investisseurs institutionnels). Ils ont des observateurs qui recherchent les emprunts en fin de vie.

 

Retour à l’exemple : la 8ème année : 5,88 et la 10ème je suis remboursée à 10.

Les différents types obligations :

-          obligations classiques à taux fixe : se sont les plus nombreuses ;

-          obligation à taux variable ou révisable : varie en fonction du TMO (taux moyen des obligations) ;

-          obligation échangeable en action.

 

II.            Les actions

 

C’est un droit de propriété qui donne une partie du capital à son détenteur.

Þ droit d’élire le conseil d’administration et d’avoir un droit de regard sur la gestion de l’entreprise.

 

Comment acquérir des actions

-          à titre gratuit : succession, donation ou échange

-          à titre onéreux : souscription au capital d’une société ou alors souscription pour ­ du capital

cet achat se fait avec un intermédiaire financier.

 

On peut aussi acheter des actions de façon individuelle en souscrivant à des OPCVM (SICAV ou fond commun de placement)

 

Le particulier espère un dividende (part du bénéfice distribué) mais aussi une plus value pour pouvoir le revendre plus cher.

Seul l’acquisition de titre côté français ou étranger est considéré comme un placement boursier. Le profit de celui-ci est lié à l’évolution des cours.

La plupart des sociétés côtés en bourse sont des sociétés commerciale, industrielles mais aussi agricoles.

 

III.       OPCVM, SICAV et fond commun de placement

 

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site