Faits contemporains

Faits contemporains

 

I.                Le capitalisme : la référence économique universelle du 21ème siècle

 

A)    Le capitalisme en théorie

« capitalisme est un mot de combat » PERROUX

« capitalisme sent le souffre » Karl MARX

 

marxisme :

-          collectivisme ® suppression de la propriété privé et cette dernière appartient à l’Etat pour l’égalité de tous

-          socialisme : « A chacun selon ses mérites »

-          communisme : « A chacun selon ses besoins »

 

Les socialisme et le communisme n’ont jamais existé au sens de Marx.

Ce n’est qu’après faiblissment du socialisme que le capitalisme redevient fréquentable mais ses différentes définitions ne convergent pas.

Car ce modèle est multi-dimentionnel qui offre des possibilités différentes selon le temps et l’espace dans lequel il se trouve.

 

1.       Une dynamique propre au capitalisme : l’accumulation

 

a)     Karl Marx

Pas une seule fois il n’a utilisé le mot capitalisme. Il lui préfère « mode de production capitaliste ». Pr lui supériorité de ce système réside dans sa dynamique productiviste.

Dans son manifeste communiste (en 48) : « se qui distingue l’époque bourgeoise des époques précédentes c’est les bouleversements incessants de la production, l’ébranlement continue de toute les institutions sociales. Bref, permanence de l’instabilité et du mouvement. »

Ce mode de production Þ émancipation du travailleur de la terre des liens de servitude avec la famille (éclatement familial) et donc l’a libéré juridiquement.

En effet, privé de moyen d’existence familiaux, une fois dans la ville, ils doivent vendre leur force de travail

Þ ils devient les salariés de ceux qui ont les moyens de production (= les capitalistes) qui ne cesse de réinvestir (= accumulation) l’essentiel des plus values retiré sur le salarié.

La survie du capitaliste dépend de sa capacité à faire aussi bien que les autres. La concurrence pousse à faire toujours plus de plus value sur le salarié.

Þ paupérisation

Pour Marx, logique capitaliste est une augmentation sans limite

 


b)     Max Weber

Historien et sociologue allemand (début 19ème siècle)

Il n’est pas d’accord avec les marxistes

 

Pr Weber la problématique autour du capitalisme est « pourquoi en est-on arrivé là ? »

Dans l’éthique protestante et l’esprit capitaliste, il dit que l’essor du capitalisme doit beaucoup aux protestants en particulier les calvinistes.

Calvin «  travailler dur et réussir est un signe que l’on est élu de Dieu »

 

Il y a des affinités en faveur du capitalisme plutôt qu’avec la brigandage. « le capital se forme par l’épargne formée de façon ascétique ».

La culture de l’effort a créé un terrain favorable au capitalisme.

 

c)     Thorstein Veblen

Sociologue américain

 

L’accumulation n’est pas seulement celle du capital mais plutôt celle des objets ou des services de consommation.

-          dans la société traditionnelle il faut montrer son pouvoir

-          dans la société capitaliste, il faut afficher sa réussite

 

la consommation sert à affirmer son appartenance à un groupe social supérieur.

L’émulation : « est le plus puissant, plus constamment actif, le plus infatigable des moteurs de la vie économique »

Le fait de vouloir s’élever dans la vie sociale est la cause profonde de la dynamique productive.

 

Cet univers d’imitation engendre une demande sans fin, source d’une croissance sans fin.

 

Le capitalisme est une force d’accumulation qui n’a pas de limite :

-          parce que c’est une source de plus value (Marx)

-          parce que la consommation ostentatoire transforme le désir en demande sans cesse plus importante

 

2.      Le capitalisme : une logique, un système, une mécanique

 

Le capitalisme serait un système d’exploitation de l’homme par l’homme par accumulation (Marx)

Le capitalisme serait une logique de vie, message de l’ancien testament (Weber)

Le capitalisme serait une mécanique par la demande (Veblen)

 

 

Dont le moteur est la poursuite d’une accumulation sans fin

 

 

B)     Le capitalisme en pratique : entrepreneurs, règles et institutions

 

« mains invisible » ® Smith Þ marché ¹ « mains visibles » ® Chandeler Þ bureaucrate

 

1.       Le rôle des entrepreneurs

 

a)    Joseph Schumpeter

“le capitalisme est une destruction créatrice”

 


                                   des éléments             élément neuf

                                   vieux

 

c’est un ouragan perpétuel à cause de l’âpat du gain. Il faut toujours être le premier à proposer un produit pour avoir un monopole momentané.

Firmes dominantes expliquerai donc la dynamique du système capitaliste grâce à l’innovation.

 

b)    François Perroux

Capitalisme est une économie d’entreprise reposant sur l’innovation mais avec en plus un rôle joué par l’Etat comme arbitre. Lorsqu’il faut conquérir desmarchés étrangers, en particulier.

 

Capitalisme est un système mixte. Ce n’est pas seulement la concurrence mais aussi les firmes dominantes qui explique la dynamique du système.

 

2.      Le rôle des règles et des institutions

a)    J.M. Keynes : le rôle de l’Etat

Keynes ne s’intéresse pas à se qui fait le marché capitaliste mais à se qui le bloque

En 29, les difficultés sont dus à ce que « le monde n’est pas gouverné d’en haut de sorte que les intérêts personnels et sociaux coïncide toujours »

Le laissé faire donne souvent un mauvais rendement économique et social sans la coordination et la régulation, l’énergie potentiel du capitalisme est gaspillé.

L’équilibre automatique n’existe pas.

 

b)    J.K. Galbraith : le système industriel

C’est la technostructure qui détient le pouvoir

Les technocrates au pouvoir de l’entreprise sont les managers. Ils ne sont pas propriétaire de l’entreprise. Ils sont choisi pour diriger l’entreprise.

Þ déconnexion entre propriété et pouvoir

 

conséquences :

-          actionnaires vont demander une rentabilité toujours plus forte

-          technocrates qui recherchent le pouvoir conduise à la « socialisation de l’entreprise évoluée » c’est-à-dire qu’aujourd’hui il existe des directoires.

 

Les courants de pensée qui se st intéressés au capitalisme disent que :

-          il y a une socialisation des entreprise (directoire)

-          un éloignement des mécanismes par le marché car l’on passe de la main invisible à la main visible

-          il y a un pouvoir grandissant du système industriel peuplé des grand entreprise : le système militaro industriel européen par exemple

 

l’idée est la naturalisation du capitalisme. Le monde reconnaît le capitalisme comme le système le plus évolué pour produire et consommésans fin

 

C)     L’évolution du capitalisme dans le temps et dans l’espace

 

1.       L’évolution du capitalisme dans le temps

a)     les grd découvertes : afrique, inde et amérique

* les cités-état : les cités-état marchandes du moyen age. L apparaissent ds 3 region diff de l’europe : les Flandres, une partie de l’Allemagne et l’Italie du nord.

Ces région st le pt de départ du capitalisme. Il y a une hégémonie des bourgeois financiers, ils commencent à participer au pv pol

Ces princes vont protéger l’activité marchande et surtt l’encourager et aussi la controler

 

Les marchands d’Anvers et de Gènes contrôle tt grd route maritimes et les réso d’échange entre le nord de l’europe et le sud de l’europe et plus tard l’afrique.

Les espagnols et les portugais vont ramener de l’or et de l’argent.

 

* La colonisation européenne dans le nouveau monde va entrainer l’essor des échanges commerciaux.

 

Se sont les préambule au capitalisme

 

b)     l’acte de nais du capitalisme moderne (17ème siecle)

le centre du capitalisme à l’époque est Amsterdam, c’est le centre d’un etat fort c’est une  république fédéral « des provinces unies » + réforme protestante.

Il y a une réunion du capitalisme moderne

 

Cette rép se dote de moyen très fort de régulation mais aussi d’institution favorable au affaires et à la défense de la propriété privée. Dans cette rep apparaît des bq de change et de credit. Il y a une foire permanente à la bourse d’Amsterdam.

Il y a aussi mise en place d’un appareil judiciaire créant un état de droit

 

C’est en 1602, c’est la création de la compagnie des indes orientales.

C’est l’époque mercantiliste (=courant éco qui favorise les export et minise les import) et c’est l’essor du commerce internationale par l’octroi de monopole à certaine grd compagnies

Ex : monopole de faire

                         Voyager

                         De vendre des esclave

 

Au 17ème siècle il y a une expansion colonialiste

 

c)     les corporation urbaine du 18ème siècle

les flandres, l’all, l’Italie du nord voient l’apparition des premières industries essentiellement textile et de petite métallurgie qui, sont la propriété des marchands-fabricants qui produise pr marché local et ap international.

Ceux ci font travailler à domicile des paysan à bas prix et les plus qualifié vont etre attiré dans des atelier appartenant aux bourgeois fabricant.

Ces ateliers sont controler par des corpo urbaines

 

 

d)    la révolution industrielle et les capitalisme nationaux (18 et 19ème siècle)

cette 1ère revol ind va fer entrer le capitalisme dans son air moderne. En angleterre, d’abord ap sur le continent et ap outre atlantique.

Le chemin de fer va être le vecteur de cetteindustrialisation.

Les entrepreneur bénéficie d’un libre marché du travail avec absence de législation soc, surexploitation d’une MO issue du prolétariat rural

Le paupérisme va se répendre en europe, il va créer une misère qui va faire surgir le syndicalisme qui, va etre une critik très dure contre le capitalisme. Se qui va amener l’état à légiféré sur le coté soc.

En europe, le role de l’etat devient important :

-          dans la mise en place d’une législation favorable à la free d’entreprendre et pr création de la sté par action

-          dans la législation sur les brevets :l’état veut protéger l’innovation

-          dans la construction du réso ferré : il va rapproché les gens. Il est règlementé en Angletterre, subventionné en France et est construit en Italie

-          dans le processus d’industrialisation : etat s’interresse aux industrie nat qui ont un rapport avec la sécurité

ex : 1868 : Le japon intervient dans le domaine ind

-          dans la protection de l’ind nat en mettant des barrière douanières

 

e)     le commerce entre nation : « inter-nation »

malgré le protectionnisme de la fin du 19ème siècle mise en europe

le capitalisme va très vite s’émancipé et explosé au 20ème siècle

 

la cascade d’innovation (le pétrol, électricité, chimie et le moteur a explosion) caractérise la deuxième révol ind qui est accompagné d’1 reprise éco. Celle-ci sera favorise par flux d’immigration d’europe vers amérique du nord. Il y aussi un flux de marchandises qui st essentiellemtn des MP des colonies vers les métropoles.

 

Les grd pays occidentaux  crée l’étalon or (=marché fin international) met en place un système qui stabilise les monnnaie pr favoriser le commerce mais surtt pr favoriser les investissement direct à l’étranger, en premier par l’angleterre et la France vers les colonies mais vers certains pays émergeants.

 

Les grd entr se créait

 

f) la régulation du capitalisme

les règles du capitalisme après-guerre.

Les USA sont les grd gagnants de la 2WW, ils font adopter par leur alliées le system monétaire international réglé sur le dollar.

 

Le FMI est crée, le GATT est aussi créé.

L’objectif du GATT est de dissoudre au maximum les droits de douane mais il sera remplacé par l’OMC (orga mondiale du commerce)

 

Les USA impose leur model dc le libéralisme commence à « s’offrir » les outils supra-national pr régul eco mondiale.

Les rapport entre USA et Europe vont se détérioré car l’Europe dévastée est reconstruite par les USA, ms très vite l’industrie européen se reconstitue et devient plus vite plus rentable et compétitive que les entreprise USA.

Par conséquent, le flux de m/ses s’inverse. car les biens européens sont plus compétitif. De plus, De Gaulle n’aimait pas les USA car il ne l’avait pas convié aux réunions après guerre.

Le dollar tombe…

 

Le capitalisme européen se modernise et se libéralise cad qu’il aandonne en partie ds les 80’s la ref Keynesienne (intervention de l’etat ds l’eco)

Il se démarque de l’éaaméricain en se qui concerne le system de redistribution.

Les gains de productivité pourrait etre partagé entre les facteur de prod. En europe, ils st redistribué en grd partie aux salariés qui en profite dc + que les USA en profite

Par conséquent, il y a une consommation de masse qui entraine une prod de masse qui, ne peut plus etre écoulé en Europe Þ ouverture des frontière ds les années 80

Ainsi est mis en place le capitalisme avec le marché commun et l’euro.

 

2.      L’évolution du capitalisme dans l’espace : la mondialisation de l’éco

 

Cette mondialisation en libéralisant les flux de biens, de serv, de capitaux ou de pers affaiblit les moyens dont dispose les etaten matière economique.

La crise des années 70 ou 80, à affaiblit le keynesianisme et la chute de l’ex-URSS a renforcé l’USA ds  sa « mission » impériale et impose son modele partout.

L’asie s’ouvre au capitalisme et y prend toute sa place.

Les grd entr mondialise leur production pr réduire leur cout et améliorer leur marché parce que les cout de transport ont diminué.

Les nouvelles tech de com et d’info vont favoriser les échanges.

 

(cf la société en réseaux M.catelles)

les entr dominante restent tjrs liées au etat dominants et les diff relatives du capitalisme européenne tiennent au fait qu’il n’y a pas d’europe pol.

Pr assurer la survie du capitalisme européen il fo organiser la flexibilité sociale.

 

II.               Le capitalisme français et les différentes formes du capitalisme actuel

 

A) Les différentes formes de capitalisme

 

1. Les 5 formes du capitalisme (Bruno AMABLE)

(« les 5 formes du capitalisme edition du seuil)

* le capitalisme d’europe continentale

* le capitalisme américain

* les variantes

 

etude porte sur 20 pays de l’OCDE. elle montre d diff assez importante.

 

Il a retenu 5 domaines :

-          le type de concurrence sur le marché des biens

-          le niveau de réglementation sur le marché du travail

-          les caractéristiques des marchés financiers

-          le degré de protection sociale

-          le système d’éducation

 

2. Le

cf schéma

 

tt doit convergé vers le cadran 4.

Plusieurs résultat :

-          pr croissance et emploi : les eco de marché réussissent mieux. Pr les libéraux la déréglementation libère les NRJ et font apparaître des entrepreneurs innovants qui porte le dynamisme de l’éco de marché. Mais si l’on regarde les dépense en rech et dvp, nbr le dépôt de brevet on voit que le discours n’est pas viable à part pr les USA dt puiss scientifique est dut aux deux guerre mondiale. De plus, intervention massive de l’etat USA pr aider la rech militaire avec les retombée civil. Des pays du modèle soc démocrate font aussi des edépot de brevet important ss intervention de l’etat

-          pq le retard de l’europe continental ? en fr, le retrait de l’etat en mat de dvp scientifique n’a pas été relayer par entrepreneur pv.  Alors qu’au USA les labo des univ st financé par les entreprises USA pv. Pr aller vers la monnaie unik les état européen se st imposé de forte contrainte en terme de crois (cf Maastricht). La réunification all a été un choc en europe, qui a demander des sacrifice aux all de l’ouest.

-          la 3ème voie, la voie anglaise ? la façon qu’on les britannique de gerer l’ap révol conservatrice de Tacher c’est la stabilisation du model libéral mais pas sa remise en cause. C une position intermédiaire pr la sociale démocratie. Le pb se sont les dettes accumulés par l’angleterre.

-          soumission au principe du model USA ?

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site